Conséquences physiques du réchauffement climatique :
La montée des eaux, par l'augmentation du volume de l'eau due à son réchauffement, et l'ajout d'eau supplémentaire provenant de la fonte des calottes glaciaires. L'humidité absolue moyenne de l'air va augmenter. Les précipitations devraient augmenter, particulièrement les précipitations hivernales aux latitudes moyennes et élevées de l'hémisphère nord.
Une diminution de la couverture neigeuse et un retrait des banquises.

               

Conséquences du réchauffement climatique sur l'homme et la nature :
Certaines espèces biologiques verront peut être leur aire de répartition augmenter, certains systèmes naturels seront plus affectés que d'autres : les glaciers, les récifs coralliens, les mangroves, les forêts boréales et tropicales, les écosystèmes polaires et alpins, les prairies humides.

            

6 conséquences négatives pour l'humanité :

Une baisse des rendements agricoles potentiels dans la plupart des zones tropicales et subtropicales ;
Une diminution des ressources en eau dans la plupart des régions sèches tropicales et subtropicales ;
L'extension des zones infestées par des maladies comme le choléra ou le paludisme ;
Des risques d'inondation accrus, à la fois à cause de l'élévation du niveau de la mer et à cause de modifications du climat ;
Une plus forte consommation d’énergie à des fins de climatisation ;
Une baisse des rendements agricoles potentiels dans les latitudes moyennes et élevées (dans l'hypothèse d'un réchauffement fort).

          

Des conséquences positives pour l'humanité sont aussi associées au réchauffement prévu au XXIe siècle :

Une plus faible consommation d'énergie à des fins de chauffage (mais une consommation plus forte à des fins de climatisation) ;
Une plus faible mortalité hivernale dans les moyennes et hautes latitudes (par opposition à une mortalité estivale plus élevée, comme par exemple la canaicule de 2003) ;
Une augmentation de l'offre de bois d'œuvre provenant de forêts correctement gérées ;
Une augmentation éventuelle des ressources en eau dans certaines régions sèches tropicales et subtropicales mais une diminution des ressources dans les régions tempérées (notamment dans les régions de climat méditerranéen) ;
Une hausse des rendements agricoles potentiels dans certaines régions aux latitudes moyennes (dans l'hypothèse d'un réchauffement faible).