motstusmotsditsIls sont tous là :

Illuminatis, Bohemian's Club, Skulls and Bones, Jason Group, CFR, Wisemen, NSA, CIA, Mafias, FBI, Interpol, ONU, OMS, FMI, Banque Mondiale, Multinationales, OCDE, OMC, World European Forum, European Round Table, Commission Européenne, IFRI, Le Siècle, Fondation Saint Simon, Club de Rome, Aspen Institute, Trilateral Commission, Bilderberg Group…

Ces puissants défendent leur bifsteak, normal, la masse est folle, informe et cruelle. Alors ils agissent. L'homme de la rue ne veut pas s'élever ? Tant pis pour lui, laissons-le où il est. Mieux ! Enfonçons-le un peu plus pour mieux régner et profiter de tous les bienfaits de la richesse. Chacun a les clés mais personne n'en veut ? Tant pis pour eux !

L'homme est inconséquent, paresseux, irresponsable, crédule, conditionnable à souhait ? Tant mieux, la chasse est plus facile et la direction plus aisée.

Leurs défauts ? La vanité, l'arrogance, et surtout le désespoir : les maîtres ne croient plus en leurs élèves. Pour ces initiés, l'homme est la pire des créatures : veule, couarde, imbécile, obtuse, cruelle, capable d'un égoïsme démesuré, prêt à tuer pour un bout de terre. L'esprit est au service de la plus noire bêtise. Irrécupérables.

C'est dans la richesse qu'ils se cachent. La politique, la sécurité, l'argent, la production sont entre leurs mains. Ils décident jusqu'à la pluie ou le beau temps (armes météorologiques, chimiques, chemtrays, programme Haarp) et conditionnent les peuples (propagande, surinformation, désinformation, pressions, stress, chômage, inflation, pauvreté, RMI). Ils préparent de vastes plans pour renforcer leur pouvoir, en toute impunité, au-dessus de toutes les lois qu'ils dictent pour nous contenir. Ils brisent les familles (15 000 000 de célibataires en France), rompent les liens sociaux, nous asphyxient. Ils nous donnent notre pain quotidien et nous affament en même temps. Qui peut encore se révolter ? 

Ils prennent un pouvoir que je leur donne par mon silence et mon inaction. Ils grandissent en puissance, n'ont confiance qu'en eux et défendent leurs castes comme un bon père de famille sait le faire. Rien de surprenant, la réaction est humaine. Leur arrogance et leur vanité s'élèvent à mesure que leur foi en l'être humain décroit, cette masse anonyme des exclus de l'abondance, la "France d'en bas". Et l'humanitaire est leur meilleur déguisement.

Les fauves veulent le pouvoir, normal, les moutons le récupérer, normal aussi, et le cycle recommence, les victimes devenant pires que leurs bourreaux. Incapable de se solidariser, irresponsable, égoïste, vaniteuse, la foule désigne de nouveaux forts qui viennent du camp des puissants parés des atours du libérateur. Et la boucle est bouclée. Le sang coule à torrent et la terre s'allège de quelques millions d'humains qui ne servaient pas à grand chose.

On nous ment, on nous cache tout, on en dit trop, on nous surinforme pour mieux nous désinformer, on nous manipule, nous asservit, nous tue, mais pas trop, faut produire. On nous parque, nous ensorcelle, nous programme, nous conditionne, nous dresse. On nous transforme en valeur dollars. Et alors ? Et après ? Mais finalement, n'est-ce pas là ce que nous voulons ? Ne pas savoir ? Etre protégés ?

Ni bourreau ni victime, ma liberté commence là. Tout vient de moi, le monde est ce que j'en fais. Tout est miroir.