Pour un monde meilleur !

05/02/07

Quelques bons réflexes pour l'environnement

Pour changer maintenant.

Merci de participer à l'élaboration de la page http://terresacree.org/boycott.htm

- Sensibiliser votre entourage
- Découvrir le commerce équitable
- Baisser le chauffage et l'éteindre la nuit
- Choisir l'électricité verte (Ce sera bientôt possible en France)
- Installer des radiateurs plus efficaces, penser à l'isolation de votre maison (double vitrage...)
- Economiser l'eau
- Recycler et favoriser les produits recyclés
- Penser à consommer bio ou label rouge. Energy star : label informatique de référence. Remettez-vous en au label NF Environnement
- Charte écologique pour votre loisir préféré
- Placements solidaires
- L'étiquette Energie pour votre électroménager
- Rouler moins vite et souplement
- Privilégier les transports en commun
- Liquides vaisselle écolabélisés et la juste dose
- Consommer éthique
- Réduisez vos déplacements
- Consommer les fruits et légumes régionaux et de saison
- Pas de déchets n'importe où
- Eviter le poisson d'élevage
- Limiter les emballages
- Vérifier régulièrement les émissions polluantes de son véhicule
- Ne pas imprimer les e-mails
- Eviter les produits jetables
- Eviter la climatisation
- Eviter les bois exotiques.
- Préférer les bouteilles en verre
- Boire l'eau du robinet plutôt que celle en bouteilles
- Ne laisser pas vos appareils en veille
- Recycler les piles usagées
- Recycler le plastique
- Recycler l'ordinateur
- Pas de feu en forêt
- Du temps pour une association
- Manger moins de viande et penser au label bio et rouge
- Des pneus bien gonflés
- Cuisiner au gaz
- Acheter des produits rechargeables
- Eviter les couches jetables
- Pratiquer l'auto-partage
- Choisir les ampoules à basse consommation, mais penser à les recycler à la déchetterie à cause du mercure qu'elles contiennent
- Pas de lumière inutile
- Planter des arbres
- Composter les déchets organiques
- Pour le supermarché, n'oubliez pas vos sacs réutilisables et redécouvrez les bons vieux cabas, paniers et cartons
- Donner plutôt que jeter
- Pas d'animaux sauvages  comme animal de compagnie
- A pied pour les courts trajets
- Fermer les volets
- Manger des oeufs bio ou de poules élevées en plein air.
- Boycotter les OGM
- Boycotter l'éthanol...
- Boycotter les fourrures, les mouchoirs en papier, l'ivoire, l'or, les cirques et les zoos...
- etc.

Il y a du pain sur la planche! Tout cela donne un sens à la vie...

Ecocitoyens, voyez-vous un geste à ajouter?

Vos idées pour cette page en construction : sos-planete@terresacree.org

http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée, parce qu'on la massacre! Base vivante d'informations incroyables, souvent abominables, mais VRAIES. L'actualité de la planète au jour le jour, enjeux écologiques planétaires, réchauffement climatique, déforestation, surpopulation mondiale, érosion de la biodiversité, derniers peuples premiers, dignité animale et humaine... Un dossier énorme sur les nouvelles menaces biotechnologiques! Des milliers d'articles indispensables.

Mailing liste d'information liée : "Pour un demain plus humain". S'abonner gratuitement : http://terresacree.org/archives.htm. Groupe de discussion : http://terresacree.org/groupe.htm

Pour adhérer à l'Association ou faire un don : http://terresacree.org/adhesion.htm

La planète est le bien commun de l'humanité. En prendre soin donne un sens à la vie.

Posté par cStJ à 06:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


15/01/07

5 minutes pour notre terre !!!

Original Message -----
From : "Aurèle "
Sent : Monday, January 15, 2007 4:13 PM

Subject : 5 min pour la Planète ! MUCHO MUCHO IMPORTANT


Subject : Motivés, motivés

5 minutes pour la planète & et pour nous !

Le 1er  février 2007, dans toute la France : Participez à la plus grande mobilisation des citoyens contre le Changement Climatique !

L'Alliance  pour la Planète (groupement national d'associations environnementales) lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète : tout le monde éteint ses veilles et  lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00.

Il ne s'agit  pas d'économiser 5 minutes d'électricité uniquement ce jour-là,  mais d'attirer l'attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d'énergie et l'urgence de passer à l'action !

5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique. Pourquoi le 1er  février ? Ce jour là sortira, à Paris, le  nouveau rapport du groupe d'experts climatiques des Nations Unies.

Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser  passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l'urgence de la situation climatique mondiale. Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l'élection présidentielle !

Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites-le aussi apparaître sur votre site Internet et dans vos news letters.

Posté par cStJ à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13/01/07

LA fin du nucléaire est enfin arrivée !

Fermeture de 7 réacteurs au 1er janvier 2007 : le déclin inexorable du
nucléaire est amorcé

Ce 1er janvier 2007, sept réacteurs nucléaires ont cessé définitivement de fonctionner : deux à Dungeness et deux à Sizewell (Angleterre), deux à Kozlodoui (Bulgarie), et un à Bohunice (Slovaquie)

Il ne s'agit là que des prémices d'un déclin inexorable de l'industrie nucléaire mondiale, parfois présentée a tort comme faisant son "grand retour" alors qu'elle est en réalité menacée de disparition.

Ainsi, le 10 novembre 2006, Claude Mandil, directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a déclaré : "la tâche principale de l'industrie nucléaire dans les années à venir sera de remplacer les centrales existantes qui auront atteint leur fin de vie. Cela signifie qu'on aura besoin de nombreuses centrales sans pour autant augmenter la part du nucléaire dans la production d'électricité." Or, la seule chose qui soit certaine est la fermeture, d'ici 2025, d'environ 250 réacteurs nucléaires sur les 435 en fonctionnement actuellement sur la planète. Et la fermeture des autres arrivera dans les deux décennies suivantes. Par contre, la plupart des nouveaux réacteurs annoncés restent pour le moment très virtuels.

Illustration à travers quelques exemples :

- Grande-Bretagne
22 des 23 réacteurs actuels seront fermés en 2023. Certes, M. Blair annonce des projets de nouvelles centrales, mais il est un des seuls à soutenir cette idée, face à une opinion publique qui y est très défavorable. Qui plus est, M. Blair a annoncé que les éventuelles nouvelles centrales devraient être construites par des entreprises privées... sans subventions de l'Etat. Or, le nucléaire ne s'est développé que lorsque des Etats lui ont consacré d'immenses sommes d'argent public (sans jamais demander leurs avis aux citoyens, mais cela est encore un autre débat). Il est vraisemblable que, vers 2020, le nucléaire représentera moins de 1% de l'énergie consommée en Grande-Bretagne.

- Russie
Vladimir Poutine annonce de nombreux nouveaux réacteurs nucléaires, mais il est bien moins loquace concernant la fermeture prochaine des 31 réacteurs actuels : "Tous nos réacteurs (opérationnels) s'éteindront dans dix ans. Pour éviter le "gel" du secteur nucléaire civil, il nous aurait fallu construire 1,5 réacteur par an depuis longtemps" a expliqué un membre d'une délégation du Kremlin en visite aux USA (cf dépêche de l'agence RIA Novosti du 7 décembre 2006).

- Europe centrale
Les quelques vingt réacteurs nucléaires de ces pays, pour la plupart anciens et de technologie soviétique, sont promis à une fermeture prochaine. Les pays Baltes et la Pologne se sont associés pour essayer de construire un réacteur nucléaire. Loin d'être un élément du supposé "grand retour" du nucléaire, ce projet vise seulement à essayer de compenser la fermeture avant 2009 du second réacteur d'Ignalina (Lituanie), le premier étant... déjà fermé.

- USA
Aucune commande de réacteur n'a eu lieu depuis l'accident nucléaire de Three Mile Island (1979). Depuis, la durée de vie des 103 réacteurs en activité est régulièrement prolongée (jusqu'à 60 ans pour certains), augmentant considérablement le risque d'accident. Le Président Bush a certes signé en juin 2005 des dispositions pour attribuer de fortes sommes publiques aux compagnies privées qui construiraient des réacteurs nucléaires, mais aucun projet ne semble se concrétiser et le processus pourrait être remis en cause du fait de l'alternance du pouvoir avec les Démocrates. Et, même si certains projets se réalisaient , ils seraient très loin de compenser la véritable bérézina qui frappera l'industrie nucléaire des USA lorsque les vieux réacteurs fermeront enfin. (Il faut espérer que ce ne soit pas après une catastrophe nucléaire).

- Asie
C'est dans cette région du monde que les projets semblent (hélas) les plus sérieux. Ainsi, la Chine est parfois annoncée comme "le nouvel eldorado" du nucléaire parce qu'elle entend construire 30, et peut-être 40 nouveaux réacteurs. Rien ne permet de penser qu'ils seront tous construits (tant les investissements financiers nécessaires sont immenses) mais, même si c'est le cas, la Chine produira alors "royalement" 4% de son
électricité avec le nucléaire, soit 0,7% de sa consommation d'énergie. De même, les projets annoncés en Inde, une vingtaine de réacteurs, permettraient à peine à ce pays de couvrir environ 5% de son électricité (1% de sa consommation d'énergie). Le parc nucléaire japonais, le troisième au monde après les USA et la France, connait de graves problèmes de sûreté, 17 réacteurs ayant même été fermés d'un coup (pour plusieurs mois) en 2003 du fait de la falsification par les exploitants de rapports de sûreté alarmants. L'opinion publique a été très marquée par ce scandale mais aussi par l'accident de Tokaï-Mura en 1999, qui a causé la mort de trois travailleurs et irradié des centaines d'habitants.

- Amérique du Sud
Le Brésil, où ne fonctionnent que deux réacteurs, en annonce 5 nouveaux, mais il est d'abord confronté au problème d'Angra3, réacteur resté en pièces détachées depuis... 20 ans. Idem pour l'Argentine (où fonctionnent aussi deux réacteurs) qui a annoncé en août 2006 un plan nucléaire dont le premier objectif est de terminer la construction du réacteur Atucha 2, commencée... en 1981.

- Dictatures
Ici ou là, des dictateurs pensent se donner du prestige en annonçant la construction d'un réacteur nucléaire. C'est le cas de Kadhafi (Libye), Loukachenko (Biélorussie, pays toujours contaminé par la catastrophe de Tchernobyl) ou de l'Egypte où le fils de Moubarak a le soutien des USA pour la construction d'un réacteur. La Corée du Nord et l'Iran ont chacun un programme nucléaire pour lequel la production d'électricité reste virtuelle, l'objectif étant l'accès à l'arme atomique. En résumé, eaucoup d'annonces pour... fort peu d'électricité.

- Allemagne / Suède
On peut lire ici où là que le plan de sortie du nucléaire en Allemagne serait remis en cause. Ce n'est pour le moment pas le cas mais, de toute façon, le pire qui soit envisagé est de ne pas fermer les réacteurs de façon anticipée. En aucun cas la construction de nouveaux réacteurs n'est envisagée : le nucléaire est de toute façon promis à la disparition en Allemagne. La situation est identique en Suède où la fermeture des 10 réacteurs actuels a été décidée en 1980. Ce plan traîne certes en longueur mais, là aussi, aucun nouveau réacteur n'est prévu et le nucléaire va de toute façon disparaitre. Notons aussi qu'un accident, potentiellement très grave, a été frôlé le 25 juiller dernier à la centrale de Forsmark.

- Finlande / France
Ces deux pays portent les espoirs de l'industrie nucléaire en Europe : ils souhaitent construire chacun... un réacteur, l'EPR du français Areva. Une fois de plus, rien à voir avec un "grand retour" du nucléaire. D'autant que le chantier finlandais, le seul à être lancé, est un véritable calvaire : 18 mois de retard officiellement, au moins trois ans en réalité. Le constructeur Areva perdrait dans l'affaire près d'un milliard d'euros. Qui plus est, l'EPR a été refusé le 16 décembre dernier par les chinois à l'occasion ce qui était présenté comme le "contrat du siècle", la construction de quatre réacteurs. De fait, on ne saurait trop conseiller à la France de renoncer à construire l'EPR prévu à Flamanville (Manche), et d'en reverser le financement vers les économies d'énergie et les énergies renouvelables.

Conclusion :
Le rapport "Facteur 4", remis au gouvernement français en octobre dernier, explique que "l'énergie nucléaire représente 2 % de l'énergie finale dans le monde" et pointe "l'apport finalement marginal du nucléaire" dans la lutte contre l'effet de serre. On ne saurait mieux illustrer le fait que le nucléaire, même s'il impose un danger maximal, a en réalité une place très faible dans l'énergie mondiale. Et, nous venons de le décrire, cette faible part est en déclin inexorable. La fermeture de sept réacteurs, ce 1er janvier 2007, est donc le début d'un mouvement irréversible vers la disparition de l'énergie nucléaire. Il convient néanmoins de hâter cette disparition avant que ne survienne un nouveau Tchernobyl, mais aussi parce que chaque réacteur en fonctionnement produit des déchets radioactifs qui vont durer des millions d'années, et parce que la prolifération nucléaire vers l'arme atomique est un des pires dangers qui menacent la planète.

http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/edito/affiche.php?aff=48



________________________________

http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée, parce qu'on la massacre! Base vivante d'informations incroyables, souvent abominables, mais VRAIES. L'actualité de la planète au jour le jour, enjeux écologiques planétaires, réchauffement climatique, déforestation, surpopulation mondiale, érosion de la biodiversité, derniers
peuples premiers, dignité animale et humaine... Un dossier énorme sur les nouvelles menaces biotechnologiques! Des milliers d'articles indispensables.

Mailing liste d'information liée : "Pour un demain plus humain". S'abonner gratuitement :
http://terresacree.org/archives.htm. Groupe de discussion : http://terresacree.org/groupe.htm

Pour adhérer à l'Association ou faire un don :
http://terresacree.org/adhesion.htm

La planète est le bien commun de l'humanité. En prendre soin donne un sens à la vie.

Posté par cStJ à 19:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

11/01/07

Commentaire à "Ultime Regard"

" Il y eut un dernier espoir pour un retournement de situation au début des années 80... Mais nous étions considérés comme des farfelus d'empêcheurs de tourner en rond... Et crois moi, j'ai les même larmes... Depuis tres longtemps... Souvent, histoire de, je dis : " Mais nous avons une chance extraordinaire, c'est que nous allons vivre la fin d'une civilisation en LIVE !!! "  :)))
Cordialement
E.L, etc...
Commentaire n° 1 posté par : E.L , etc...
(site web) le 10/01/2007 - 19:29:29

Posté par cStJ à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ma chronique sur Oulala.net

banniereoulala

Posté par cStJ à 05:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Pourquoi je ne regarde jamais les infos TV ?

Parce que c'est reposant de ne rien savoir.

(hors débats sur la manipulation, la désinformation la surinformation, la presse aux mains du pouvoir...)

Posté par cStJ à 05:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08/01/07

SOS Planète

2006 confirme la tendance au réchauffement de la planète

2007-01-07

PARIS (Source vérifiée)


La douceur des températures permet à des baigneurs de faire quelques brasses dans un lac de Pékin le 27 décembre 2006Le bilan 2006 confirme la tendance au réchauffement de la planète, a affirmé dimanche Michel Jarraud, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Interrogé sur France Inter, M. Jarraud a indiqué que 2006 était "pour la planète, la 6ème année la plus chaude, la 4ème pour l'hémisphère nord et la deuxième pour la France", selon les données recensées auprès des 187 météorologies nationales adhérentes de cette organisation des Nations unies.

L'expert a précisé que l'on avait vu "des températures anormalement douces en début et en fin d'année", citant en janvier et avril des températures de plus de douze degrés au dessus des moyennes saisonnières au nord de la Norvège ainsi que des "chaleurs extrêmes", avec notamment à Sydney (Australie) une température de presque 45 degrés le 1er janvier 2006.

L'OMM note également "toute une série d'événements extrêmes", comme des sècheresses très importantes dans la corne de l'Afrique suivies d'"inondations dévastatrices" dans les mêmes régions ou dans des régions "plus inattendues comme le Sahara ou le Niger", a-t-il dit.

Concernant l'Arctique, l'OMM a calculé une "déperdition annuelle d'à peu près 60.000 km2, soit la Belgique plus les Pays-Bas", a ajouté M. Jarraud selon qui l'année 2006 a été une "année presque record, juste après 2005, pour la faible étendue de la banquise en Arctique".

L'élévation du niveau des mers est estimée d'ici 2100 "de 10 à 90 cm, soit en moyenne autour de 50 cm", a indiqué M. Jarraud, ce qui est "considérable et catastrophique" pour des îles de l'océan Indien ou Pacifique ou des villes en bord de mer.

Evoquant 2007, M. Jarraud a indiqué que le phénomène El Nino dans le Pacifique contribuerait "à des températures plus élevées en 2007", notant par ailleurs que le réchauffement global est "provoqué en grande partie par des émission de gaz à effet de serre d'origine humaine (...) qui continuent à augmenter".

________________________________

http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre
sacrée, parce qu'on la massacre! Base vivante d'informations incroyables,
souvent abominables, mais VRAIES. L'actualité de la planète au jour le
jour, enjeux écologiques planétaires, réchauffement climatique,
déforestation, surpopulation mondiale, érosion de la biodiversité, derniers
peuples premiers, dignité animale et humaine... Un dossier énorme sur les
nouvelles menaces biotechnologiques! Des milliers d'articles
indispensables.

Mailing liste d'information liée : "Pour un demain plus humain".
S'abonner gratuitement :
http://terresacree.org/archives.htm. Groupe de
discussion :
http://terresacree.org/groupe.htm

Pour adhérer à l'Association ou faire un don :
http://terresacree.org/adhesion.htm

La planète est le bien commun de l'humanité. En prendre soin donne un
sens à la vie.


Posté par cStJ à 10:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

06/01/07

L'ultime regard

Ainsi je suis né dans un monde qui va disparaître. Je n'y croyais pas mais tout est bien éphémère. Les paillettes dorées de ma civilisation vont être recouvertes d'un grand manteau de neige ou de sable, peut-être bien même des deux à a fois. Je n'aurai connu ni la grande Guerre ni la mort sous les drapeaux, je n'ai pas eu faim ni froid, j'ai grandi et grossi aussi bien qu'il était possible de le faire sur cette planète, à mon époque. Je ne suis ni riche ni pauvre, ni connu ni délaissé, et je vis dans la charnière d'un temps où il fait encore bon vivre, mais pas pour longtemps. Car ce que l'on me promet c'est tout simplement la fin de mon monde, juste l'Apocalypse. Tout ce que je connais de ces terres sur lesquelles mes ancêtres ont tracé leur chemin ne sera bientôt plus, on parle d'au maximum dans deux décennies. Je me croyais éternel. Dans cette surabondance de façade rien ne pouvait m'être enlevé, d'ailleurs tous mes biens sont précieusement enfermés dans mon intérieur, quelle dérision, que rien ne pouvait atteindre à part un tsunami, il viendra, une tempête à tout casser, elle arrive, le vide des rayons alimentaires, je le verrai. Et j'ai fait des enfants qui seront aux premières loges, tristes témoins des millions de morts qui vont s'amonceller aux quatre coins de la planète, peut-être bien même disparus eux-mêmes dans le dernier déluge. Par les cieux, par les eaux, par la terre, par le feu, tout y est, Terre me promet mille supplices que Stephen King n'aurait jamais osé projeter sur nos écrans omnipotents. Voilà, c'est fini. C'est pas pour tout de suite bien sûr, j'ai peut-être même le temps de me racheter, et puis le ciel est encore bleu et les oiseaux continuent à chanter, mais c'est pour dans pas longtemps, d'ailleurs j'suis déjà condamné. J'ai beau me dire que de toute façon faut bien mourir de quelque chose, j'aurais vraiment préféré du fond de mon coeur que ce soit dans la nuit étoilée d'une terre pacifiée et toute verte. Me viennent quelques larmes... J'ai comme l'impression d'être assis au bord du monde et de lui dire au-revoir. Ma dernière danse s'approche, monde je t'aimais. 

Chronique parue sur Oulala.net

Posté par cStJ à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Je partage les méthodes anti-pub de Grain de Sel

Contrex_Poire01

Il y a plusieurs années que, je prends un malin plaisir à renvoyer la publicité avec les enveloppes "T", en y mettant le maximum qu'elles puissent engloutir. La publicité pollue tout, en commençant par nos enfants conditionnés par les spots T.V bien ciblés. Papa, Maman n’ont plus besoin de se casser les méninges, nos chérubins sont imbattables pour nous conseiller lors des achats. Il ne vous reste plus qu’à pousser le chariot et à préparer le chèque ou la carte bancaire. C’est impressionnant de les voir à l’œuvre dans les rayons des supermarchés ; ils ont l’œil. Et surtout essayez de contester leur choix, vous expose à une répartie dans le style « Mais si, c’est celui là qu’il faut acheter, il y a plein de vitamines et un grand verre de lait, je l’ai vu à la télé, ils ont dit que c’est bon pour la santé ».

Parents d’enfants de Pub, circulez, il n'y a rien à dire ! Quid : Cherchez l’erreur ? Quand les parents achètent « les yeux fermés » (ce n’est pas grave, ils les avaient bien ouverts pendant les Pubs) ; se précipitent sur les promos de 4 paquets d’attrape nigaud, alors que les mêmes paquets achetés à l’unité reviennent moins chers ; qu’ils achètent tous les nouveaux produits vantés comme révolutionnaires (souvenez vous du sketch de Coluche, sur la lessive qui lave plus blanc, ça continue toujours et ce n’est pas prêt de finir), les enfants sont à bonne école. Ce n’est pas demain la veille que nos publicitaires vont aller pointer à l’ANPE.

Ma méthode anti-pub : Pour la télé, j’ai toujours la télécommande à portée de la main, à la première note de la petite musique annonciatrice de la pollution cathodique, le réflexe de Palov me fait Zapper. Et, bien avant la zapette, j’avais toujours à côté des revues ou un livre, pour occulter la réclame.

Je regarde souvent Arte, où la Pub est quasi absente, de plus j’évite les chaînes dites populaires où d’une à l’autre on est obligé de se farcir les mêmes faire valoir ; je t’invite, tu m’invites, je te passe le plat, tu me le renverras lors de ta prochaine émission. Je ne peux plus regarder de telles âneries. J’ai toujours rêvé d’une télé sans PUB, quitte à payer une redevance plus chère !

La pub dans les magazines, c’est une plaie ; lors de la parution du premier numéro, quelques pages y sont consacrées, mais le ver étant dans le fruit, au bout de deux ans votre magazine, il a pris de l’embonpoint ; 120 pages de pub, 80 d’articles et, cerise sur le gâteau, le prix a doublé. Abonné à la revue Première, dés le premier numéro, j’ai craqué voilà bientôt 2 ans, je ne supportais plus de voir la place grandissante pour les conserver (conserver de la PUB !).

Pour finir, le bouquet : Les accès aux villes sont pollués par les panneaux publicitaires, c’est à qui sera plus gros que l’autre. Je ne vois qu’une utilité à cette pollution générée par notre société de consommation : les utiliser pour y afficher les photos des enfants disparus, et là, à mon goût, ils ne seront pas assez GRANDS.

Mon dernier grain de sel, faites de la PUB pour supprimer la PUB !

*Et il y a beaucoup d'autres pollutions à dénoncer.

Grain de Sel

Posté par cStJ à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Grand zapping 2006

18 millions d'enfants obèses, on soupçonne les boissons gazeuses, coucou Cola on t'a vu !
Elodie Gossuin aime être prise par-derrière, choette, j'avais pas le monde d'emploi.
La sodomie vulgarisée fait rire les animatrices.
Chez Cauet, Rocco se déshabille, on évite le pire, le micro dans le cul.
Les médias médisants responsables de l'affaire d'Outreau n'ont pas encore fait amende honorable, z'auraient tort de se priver, on est tellement cons. Zoom sur le juge petit garçon dans le prétoire, aujourd'hui retombé dans l'oubli, le pauvre.
Honte sur nos prisons ! Honte à nous qui ne savons pas ! Merci Badinter de reprendre le flambeau.
Michel Habig incendie en passant un village roumain, histoire de désinfecter le terrain vague.
Paris se couvre de tentes de détresse, et on compte parmi les SDF de plus en plus de salariés.
Et Aurélie ne sera pas reine du Royaume, adieu veaux, vaches et cochons, bonjour la promiscuité de la banlieue.
48% des français ont peur de finir SDF, ils ont déjà froid dans le dos.
L'abbé Pierre sucre les fraises, mais qu'est-ce qu'il dit ?
Les chrétiens voudraient bien partager, plus, mais y en a trop, peuvent pas tout faire.
2 millions d'enfants pauvres en France qui rêvent de la dernière Play-Station, c'est deux fois plus que les statistiques officielles.
L'Occident est las de la famine en Afrique, on préfère les tsunamis, et oui, la mode change.
Sarko chante avec Barbo tandis que Drucko ronronne.
Le Hamas prend le pouvoir en Palestine, 84% d'entre eux ne veulent que la paix. ... ?
Ben Laden menace les USA d'une trève avec l'Europe.
La grippe aviaire tue en Turquie, en Asie, en Afrique, trois fois rien chez nous, quelques morts de rien du tout, c'est une grippe Tchernobyl.
Du sable sur le Texas, il fait froid en Inde, ils comprennent pas, sont pas équipés pour, vive les panneaux solaires et les nappes souterraines d'eau chaude inexploitées, et 12 milliards de bénéfice chez Total, le pétrole a encore de beaux jours devant lui.
Nos jeunes craignent le pire tandis que l'OMS prédit que leur suicide sera en 2020 la 2ème cause de mortalité dans le monde. Nos jeunes dépriment et Villepin promet et débarque le CPE.
2ème Révolution Française : le CPE est aboli.

Posté par cStJ à 10:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Signe ! C'est pour ta vie.

Pacte_co

Posté par cStJ à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

C'est presque cuit...

Le réchauffement est irréversible, par Louis-Gilles Francoeur

Édition du jeudi 04 janvier 2007

«Il faut à tout prix éviter le seuil de l'emballement», dit un spécialiste.

Des hivers aussi aberrants que celui qui a cours présentement, s'ils ne sont pas nécessairement un effet du réchauffement du climat, nous donnent cependant une idée très claire de ce qui s'en vient d'ici 2050, car le mégaphénomène climatique est désormais «irréversible». «Irréversible, certes, et c'est pourquoi il faut intensément se préoccuper de nous y préparer par l'étude des meilleures stratégies d'adaptation. Mais pas encore en phase d'emballement, ce qui le rendrait hors de contrôle par les humains», explique en entrevue au Devoir André Musy, le directeur du Centre Ouranos de Montréal, qui se spécialise dans l'étude du réchauffement climatique.

On sait depuis plusieurs années -- parce que des dizaines d'études le confirment -- que le réchauffement du climat s'accélère, au point de rejoindre certains scénarios parmi les plus pessimistes, ajoute le directeur d'Ouranos. Mais on ne sait pas encore où se situe exactement le seuil à partir duquel le réchauffement s'emballerait grâce à la libération des millions de tonnes de CO2 emprisonnées dans le pergélisol ou des millions de tonnes de méthane solide -- 22 fois plus efficace que le CO2 comme gaz à effet de serre (GES) -- qui dorment sur le plancher des océans à très grande profondeur. Sans parler des impacts de l'arrêt de l'oscillation de l'océan Atlantique et du Golf Stream, dont dépend le climat européen.

«Ce qu'on sait cependant, explique André Musy, c'est qu'il est pratiquement inévitable que le climat de la planète se réchauffe de 4 à 5 °C d'ici 2050, car on ne peut pas retirer de l'atmosphère terrestre les énormes quantités de GES émises depuis 10 ou 15 ans, qui vont y rester encore longtemps. L'effet de ce réchauffement variera selon les régions. Dans le nord du Canada, on parle d'un réchauffement qui pourrait atteindre 7 à 8 °C si la couverture de neige s'y modifie sensiblement. Même si la marge d'erreur dans ce domaine demeure relativement importante, il faut constater que tous les modèles mathématiques convergent dans la même direction.»

C'est un réchauffement du climat terrestre moyen de cette ampleur, soit entre 3,5 et 4 °C, qui a fait fondre la calotte de glace d'environ deux kilomètres d'épaisseur qui recouvrait Montréal il y a 15 000 ans. On peut difficilement imaginer à quoi ressemblerait la métropole si le climat devait se réchauffer autant en moins de deux générations. Mais c'est ce que prédisent les modèles à partir de la situation actuelle, et cela, ajoute André Musy, même si on amorçait une diminution radicale de nos émissions de GES dès maintenant.

Le véritable enjeu, dit-il, c'est de savoir si on peut éviter l'emballement du réchauffement climatique, qui pourrait provoquer un réchauffement planétaire moyen, pouvant atteindre 7 à 8 °C, ce qui serait possible si les émissions d'origine humaine déclenchent la libération des forces naturelles dormantes dans le pergélisol et le fond des mers. À ce stade, toutes les tentatives humaines pour contrôler l'évolution du climat seraient vaines.

«Tous les scientifiques travaillent présentement avec des scénarios qui tablent sur un doublement des concentrations du CO2 atmosphérique d'ici 2050. C'est ce qui devrait provoquer une hausse du climat moyen de la planète qui pourrait atteindre 4 à 5 °C. Mais si on n'arrive pas à décarboniser l'activité humaine à temps, i.e. à réduire globalement et sensiblement les émissions de GES sur la planète, on pourrait, non pas doubler mais tripler, voire quadrupler ces concentrations. Et là, on entrerait dans la phase de l'emballement du climat, ce qu'il faut à tout prix éviter», explique André Musy.

Ce dernier voit une timide lueur d'espoir dans le récent décret américain qui classe les ours polaires en tant qu'espèce menacée aux États-Unis. Une lueur d'espoir parce que la loi américaine sur les espèces menacées oblige l'administration Bush à modifier ses politiques pour qu'elles n'ajoutent plus à la menace climatique qui pèse sur cette espèce. S'il s'agit d'une manoeuvre habile pour amorcer un virage dans le dossier du climat, peu importe la subtilité de l'astuce, il s'agira d'un pas très important, dit-il.

Les trois prochains rapports quinquennaux -- le premier au début de février -- du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC), le groupe-conseil de l'ONU en matière de climat, pourraient non seulement mesurer l'accélération du réchauffement, mais évoquer la question la plus critique entre toutes, celle du seuil d'emballement du climat, ajoute André Musy.

Un peu partout dans le monde, plusieurs chercheurs ont commencé à dire que l'humanité n'a plus que dix ou vingt ans pour éviter ce seuil fatidique. Certains soutiennent même que ce seuil aurait déjà été franchi et que les dérèglements du climat, de plus en plus frappants à l'échelle mondiale, ne se situent plus dans la «variation» de la météo mais dans la tendance lourde du réchauffement planétaire.

Un hiver chaud

Aucun chercheur n'ose en effet affirmer si l'hiver en cours, pour le moins doux et parcimonieux côté neige, se situe dans la gamme des caprices souvent exceptionnels de dame Nature ou s'il est l'effet de la tendance lourde et «irréversible» du réchauffement climatique.

Ross Brown, un climatologue d'Environnement Canada prêté au Centre Ouranos, expliquait hier au Devoir qu'il a relevé dans les séries météo plusieurs hivers exceptionnellement doux, comme maintenant, qui surviennent justement durant les années du phénomène El Niño. Comme maintenant.

Il a noté que, durant les hivers El Niño, le Québec, notamment, a enregistré beaucoup moins de chutes de neige. En somme, l'hiver démarre ces années-là plus tard et le dégel survient plus tôt au printemps. Mais il se dit d'accord avec d'autres collègues qui y voient une synergie entre El Niño, la tendance au réchauffement et le fait que janvier affiche historiquement les écarts les plus variables en matière de température.

On s'en rend compte lorsqu'on consulte les statistiques d'Environnement Canada sur le mois de janvier: la température moyenne historique se situe à - 10,2 °C; la température maximale moyenne quotidienne se situe, elle, à - 5,7 °C, ce qui est nettement plus froid que maintenant. Le minimum moyen quotidien atteint - 14,7 °C. Et c'est effectivement un mois de surprises extrêmes, car le maximum jamais enregistré y a atteint 13,9 °C en 1950. On ne sera pas loin de ce maximum en fin de semaine, avec un maximum de 10 °C. Mais en 1957, le thermomètre chutait aussi en janvier à - 37,8 °C !

Si on ne peut pas vraiment trancher entre «variation ou tendance» pour expliquer l'hiver actuel, estime André Musy, une chose est certaine : ce genre d'hiver illustre ce que pourrait être dans un demi-siècle la température hivernale au Québec et dans l'est du Canada, avec son cortège d'impacts appréhendés, comme l'érosion accélérée des côtes du golfe Saint-Laurent, le dégel du pergélisol dans les communautés nordiques et des impacts de toutes sortes sur la végétation, les forêts, la faune et les populations d'insectes, etc.


http://www.ledevoir.com:80/2007/01/04/126390.html

________________________________

http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée, parce qu'on la massacre! Base vivante d'informations incroyables, souvent abominables, mais VRAIES. L'actualité de la planète au jour le jour, enjeux écologiques planétaires, réchauffement climatique, déforestation, surpopulation mondiale, érosion de la biodiversité, derniers peuples premiers, dignité animale et humaine... Un dossier énorme sur les nouvelles menaces biotechnologiques! Des milliers d'articles indispensables.

Mailing liste d'information liée : "Pour un demain plus humain".
S'abonner gratuitement :
http://terresacree.org/archives.htm.
Groupe de discussion :
http://terresacree.org/groupe.htm

Pour adhérer à l'Association ou faire un don :
http://terresacree.org/adhesion.htm

La planète est le bien commun de l'humanité. En prendre soin donne un sens à la vie.


Posté par cStJ à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et que fait la police ?

On déplore aujourd'hui près de 3000 agressions publicitaires par citadin de grande ville. Le chiffre est si colossal que je me suis juré de rester le regard rivé sur le bitume, les fleurs quand il y en a, les troncs d'arbre cerclés de fer blanc, l'eau qui dégouline dans le caniveau, la grise mine des passants. J'ai depuis longtemps des rêves de verts soutenus dans de grands pots de peinture jaune, comme une envie d'originel qui me prend et me grise quand sur les panneaux 4x4 défile la bêtise des slogans illuminés. J'sens qu'ça va pas tarder mon grand départ, même si c'est une fuite. J'assume. J'en peux plus de ce qu'on me force à prendre, je ne veux plus être manipulé, brinqueballé dans des désirs que je n'avais pas et qui maintenant me taraudent. Si je reste ici, je continuerai à gober leurs produits trafiqués. Je continuerai à croire que mon bonheur est dans la consommation, je continuerai à m'oublier au profit du gadget dernier-cri qui me rappelle à quel point ma vie n'a aucun sens dans une telle société. J'ai envie d'espace et d'air pur. Comme tout le monde. Ca va pas tarder, c'est sûr, j'ai fait un voeu.

Posté par cStJ à 09:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05/01/07

Commentaire sur "Toute une éducation à refaire"

Restaurer l'autorité ou éduquer ?

Autorité : Pouvoir d'agir sur autrui. (L'autorité de l'homme sur l'homme).
Eduquer : Donner à quelqu'un, spécialement à un enfant ou à un adolescent, tous les soins nécessaires à la formation et à l'épanouissement de sa personnalité.
Je pense que les deux sont complémentaires, à chacun d’en trouver le savant dosage.

Au fil d’une actualité récurrente, on trouve régulièrement dans la presse et dans les blogs ces mots de Platon (427-346 av. J.C.) : " Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent pas compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus au-dessus d'eux l'autorité de rien ni de personne, alors c'est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie. " Ou de Socrate (470 -399 av. J.C.) : " Les jeunes d'aujourd'hui aiment le luxe ; ils sont mal élevés, méprisent l'autorité, n'ont aucun respect pour leurs aînés, et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu'un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société, se hâtent à table d'engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres. " A notre époque où en sommes nous ?

Le conflit des générations a toujours existé, et l’éternel « de mon temps », au fil des ans toujours d’actualité. Nous vivons indiscutablement mieux à notre époque qu'au début du siècle dernier, quand les enfants travaillaient dés l'âge de huit ans ! Cela fait des lunes que chaque génération plus âgée ne cesse de clamer que " de son temps " ce n’était pas pareil, l’éducation était mieux. C'est parfois vrai et souvent faux. Pour les dernières générations, Mai 68 est passé par là, voulant changer la société trop policée, avec ses nombreux interdits ; souvenez vous du fameux : « Il est interdit d’interdire » Les jeunes constituaient pratiquement la majorité de la population (l’effet s’est inversé, suite au ralentissement de la natalité et à l’accroissement de l’espérance de vie) et n'avaient quasiment aucun poids dans la vie de celle-ci. Toute « révolution », aussi bonne soit-elle, en voulant aller trop loin en avant, nous en laisse ses défauts. Si l'autorité était excessive, ce mouvement l'a quasiment totalement renversée et cela dans bien des domaines. Là en a été son défaut principal !

Nous ne sommes pas individuellement responsables de tout, nous avons entériné un mouvement global. Où est la faute des jeunes de l'époque ? Tout le monde a baissé les bras (les parents en premier !) devant ces jeunes qui semblaient tout à coup tellement effrayants et incompréhensibles : ils allaient tout mettre à feu et à sang ! Nous en avons gagné « les casseurs », qui se distinguent par leur manque de repères, dans une société d’où ils se sentent exclus. Qui a formé et éduqué cette jeunesse ? Qui a fait le monde dans lequel elle évolue ? La génération de celui qui la critique et les précédentes ! Quelles valeurs lui avons-nous proposées ? Le culte des belles voitures, celui du sport "roi", des vêtements "griffés", des derniers gadgets à la mode avec lesquels la pub nous agresse sans cesse (pour être reconnu de la « bande » il faut avoir le dernier portable, et s’éclater les oreilles au son tonitruant du meilleur MP3 ; celui que l’autre n’a pas encore acheté !) J'en passe et des meilleures. Une société de consommation à outrance : voilà ce que nous avons à leur offrir.

Est-ce la jeunesse d'aujourd'hui qui en est la responsable ? Répondre oui à cette question me semblerait un peu trop précipité et facile. N'oublions pas tout de même, que la majorité des jeunes, malgré tous ces problèmes, est formidable. Décrier la jeunesse de notre époque revient à nous critiquer nous-mêmes et admettre que nous avons failli à notre devoir d’éducation. Rejeter la faute sur l’éducation nationale, c’est convenir que notre action parentale n’a pas été présente. L’éducation ne se fait-elle pas en premier au sein de la cellule familiale ? Encore faut-il que cette cellule existe, alors que l’éducation est souvent monoparentale, du fait du nombre toujours croissant des divorces ! Les années 50 et 60 étaient bien moins difficiles. L'autorité n'avait pas que des mauvais côtés, et elle avait au moins l'avantage de ne pas nous donner la sensation d'être abandonnés dans les premiers pièges d’une société mercantile, où le pognon allait vite être le roi. La jeunesse n’était pas confrontée aux problèmes de l’emploi et de la drogue dont la consommation était quasiment nulle ! Quel jeune de nos jours est assuré de ne pas franchir les portes d’une A.N.P.E lors de sa future vie active, ou de ne pas fumer un pétard ? Trouver du haschich est chose facile, on leur en propose dés leur adolescence, et le jour où on dépénalisera son usage : bonjour les dégâts ! " Dès qu'on autorisera la vente de cannabis, les mômes voudront passer à autre chose. On sait ce que ça veut dire, non ? " (Rappeur SINIK) Avoir un emploi n’est pas garanti pour tous. Alors : à qui la faute ?

L'apôtre JACQUES le MAJEUR, gardien du chemin des étoiles, chemin de la connaissance en esprit et en vérité (Chemin de Compostelle) nous dit : « Un des moyens pour éduquer l'homme libre à la quête de cette voie, passe par le bon usage de la règle, de l'équerre et du compas. Ceci permet d'entrevoir ce qu'il y a de constructif au bénéfice de tous, grâce à l'accomplissement de l'éducation dans chacun ». Encore faut-il avoir l’esprit « Cartésien ! ».

grainsdesel http://mesgrainsdesel.canalblog.com/

Posté par cStJ à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'crois même pas ce que j'entends !

M6 infos : "1 mort, le coupable, 1 femme enceinte et 1 enfant blessés, on a frôlé le drâââme." C'est vrai, c'est quoi 1 seul mort après tout ? Et deux innocents à l'hôpital ? De nos jours... On est en train de nous redéfinir le dramatique et ça, c'est pas bon signe.

Posté par cStJ à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03/01/07

Nouveau lien

http://videonews.hautetfort.com/, un ton pertinent, un style très agréable, du détachement ce qu'il faut et plein d'images pour les amateurs d'infos animées. J'aime.

bushreason Bush reasons.

Posté par cStJ à 12:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Toute une éducation à refaire

L’éducation parentale est une matière que l’on devrait enseigner obligatoirement dans les lycées, on éviterait ainsi bien des erreurs dues à l’inexpérience, aux projections pertubatrices, à la post-adolescence de la plupart des couples qui font un enfant, à un trop plein de passion qui peut engendrer le pire quand on perd le sens des conséquences de ses actes. Je serai même favorable à un diplôme. Si. On n’a des enfants que si on sait comment ça marche, comment s’y prendre, pour éviter de faire des dégats qui auraient facilement pu être évités. En plus, je suis sûr que ça soignerait les parents potentiels. Mais on me crucifierait sur la place publique si j’émettais sur les ondes le début de l’idée.

Pourtant on apprend bien à élever un chien, on se renseigne dans les bouquins, comment ça marche, ce que ça aime, et quand on s’y intéresse de près, conscient que l’on a une vie dans les mains, comme de la pate à modeler que l’on va façonner pour obtenir le meilleur résultat soit une autonomie heureuse, on apprend plein de choses qu’on ne savait pas et qui facilitent la vie. Il y a certes toute une littérature sur l’art d’élever des enfants mais combien la lisent ? Et combien comprennent que pour donner le meilleur de soi il faut d’abord l’avoir trouvé en soi, donner vierge de sa propre éducation qui pollue sans cesse le présent, guéri de ses blessures.

Au vu des résultats catastrophiques de l’apprentissage sur le tas, je ne crois pas délirant d’imposer une telle matière, au même titre que "savoir communiquer" ou "règles essentielles pour bien vivre".

La psychologie est la voie de la sagesse et notre avenir à tous, car tout va mieux quand on va bien. Avec une éducation qui prenne en compte la relation humaine avec le même sérieux qu’elle affiche à propos de maths, il est absolument certain que notre monde irait rapidement mieux. Sans conflits, qui commencent tous dans nos têtes, sans exception, il n’y a pas de guerre. Tous les tyrans ont d’abord été des enfants capables d’aimer et d’être aimés. C’est la qualité et la quantité de cet amour qui fait d’eux des bourreaux et de nous des victimes.

L’Age d’Or de l’humanité commencera quand on apprendra à aimer dès la maternelle.

P.S J’appelerai cette école : l’Ecole de l’Amour ou la Trainée de Poudre.

Qui est capable d’élever un enfant ? A part quelques rares exceptions, qui a conscience de la portée de ses actes, de ses mots, de son ton, quand il s’occupe d’un petit d’homme ? Qui sait tout ce qu’il se passe dans sa tête ?

Posté par cStJ à 08:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

01/01/07

Changement de ton

Bon, on a vu que dehors c'est pas terrible. Il y a des milliers de choses à faire et la plupart dans l'urgence, comme Nicolas Hulot se plait à le clamer bien haut, histoire de nous foutre une bonne trouille salutaire pour nous réveiller. Bon, le monde va comme il va, c'est pas terrible-terrible mais c'est comme ça. Et ça me lasse d'écrire des horreurs. Ca m'a toujours agacé d'ailleurs. Parce que je sais que tout est comme il faut, et qu'à ma manière je participe à son amélioration. J'ai un coeur énorme, je suis gentil et sais être brutal, le tout dédié à rendre la vie meilleure.

Ce qui m'a toujours le plus interpellé dans les catastrophes que nous traversons, c'est leur effet miroir sur l'humanité toute entière : nous détruisons la terre, nous nous détruisons ; la dépression est la maladie du siècle, l'humanité déprime et se bourre de comprimés pour voir des éléphants roses. Tout ce qui se passe dehors se passe aussi dedans, en chacun d'entre nous qui la formons. Tout est miroir sur notre terre, nous projetons nos inconscients. Et cette découverte aux fantastiques répercussions m'intéresse au plus haut point. Tout vient de nous, suffirait juste de se pencher à l'intérieur pour que tout aille mieux dehors. L'humanité a donc besoin dare-dare d'une bonne psychanalyse. Et ça, je trouve ça vachement marrant à imaginer. 

Posté par cStJ à 14:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Des vérités très bonnes à dire

" Nous sommes toujours des hôtes sur cette terre, avec l'austérité que cela implique. L'austérité est plus profonde que le renoncement des possessions. Ce mot d'austérité a été spolié par les moines, les ermites, les sannnyasi. Il n'avait pas de sens là-haut, dans la solitude des choses, des multitudes de pierres, de petits animaux, de fourmis. Et dans le lointain, au-delà des collines, la grande mer brillait, étincelait. Nous avons scindé la terre comme si elle nous appartenait - votre pays, le mien, votre drapeau, son drapeau, la religion d'ici et celle de l'autre, là-bas. Le monde, la terre est divisée, en morceaux. Nous nous battons et nous disputons pour la possession, et les politiciens exultent de pouvoir maintenir cette division, sans jamais considérer le monde comme un tout. Ils n'ont pas l'esprit global. Jamais ils ne ressentent ni ne perçoivent l'immense potentiel de n'avoir pas de nationalité ni de division. Ils ne s'aperçoivent jamais de la laideur de leur pouvoir, de leur position, de leur sentiment de supériorité. Ils sont comme vous et moi, mais ils occupent le siège du pouvoir avec toute la mesquinerie de leurs désirs et de leurs ambitions. Ainsi, ils assurent la survivance d'un comportement " tribal " que l'homme a toujours eu à l'égard de l'existence. Ils n'ont pas l'esprit libre de tout idéal ou idéologie, l'esprit qui dépasse les divisions entre les races, les cultures, et les religions que l'homme a inventées. Les gouvernements seront nécessaires tant que l'homme ne sera pas sa propre lumière, tant qu'il ne mettra pas de l'ordre et de l'affection dans sa vie quotidienne, et qu'il ne portera pas un soin attentif à son travail, à ses observations, à son apprentissage. Il préfère être dirigé dans ses actes, comme il l'a été depuis toujours, par les anciens, les prêtres, les gourous. Et il accepte les ordres de ceux-ci, leurs curieuses pratiques destructrices, comme s'ils étaient des dieux incarnés, comme s'ils connaissaient toutes les conséquences de cette vie si extraordinairement complexe.

J. Krishnamurti
Dernier Journal
Vendredi 11 mars 1983

Posté par cStJ à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30/12/06

J'suis triste mais pas malheureux

J'suis triste, normal, tout ne va pas bien dans le monde où je vis. J'suis triste de ce qu'il se passe, de la folie des hommes, pas des femmes, mon dieu fais qu'elles reprennent vite le pouvoir. J'suis triste de tous ces morts que je vois sur mon écran. Je ne les connais pas, ni d'Eve ni d'Adam, mais je les ai vus, ils font désormais partie de moi, ils sont de ma tribu. Je vois toujours le regard de cette petite fille qui s'enfonce dans la boue sans espoir de retour. Je vois sa mort arriver comme elle l'a vue, d'un peu plus près bien sûr, elle était aux premières loges, moi derrière la caméra à mesurer sa souffrance, sans pouvoir lever un petit doigt, juste à espérer qu'elle ait une mort rapide, sans vouloir penser à l'inéluctable dénouement de ce long travelling, sa mort étouffée. J'suis souvent triste parce que ça ne marche pas comme il faut et parce que c'est tout simple pour que tout aille mieux. Il suffirait juste de taire nos egos démesurés, de faire peau neuve pour repartir plein d'amour pour la terre et ceux qui l'habitent. C'est pas plus difficile que ça. Et dire que tout vient de nos enfances... Dire qu'un petit bonhomme maltraité s'est transformé en Hitler, tout ça parce qu'il n'a pas eu l'amour auquel il pensait avoir droit. Ressentiments, rancoeurs et rancunes créent une drôle de réalité sur notre terre. Alors j'suis triste de savoir que c'est tout simple et de ne rien pouvoir y faire, juste de lancer quelques mots pour toucher des coeurs que je ne connais pas mais qui me connaissent... Faut que ça change, faut que ça cesse tout ça, et on y peut tous quelque chose. C'est pour ça que je suis triste mais pas malheureux.

Posté par cStJ à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]